J’ai entamé un divorce par consentement mutuel, voici mon avis

 Après avoir procédé au divorce par consentement mutuel, j’ai pu en tirer des leçons. Il est vrai qu’au début, c’est très tentant car c’est prompt, moins coûteuse si l’on tient compte de toutes les critères comme les effets et si on se focalise juste sur le principe. J’ai suivi à la lettre toutes valeurs et conditions inhérentes et durant 6 mois, j’en ai fini avec mon mariage. C’est bref mais ça m’a quand même coûté 800 euros. On me dit souvent que j’avais eu de la chance car mon cas n’a pas vraiment subi de nombreuses complications. Dès que le juge a vu notre convention, il n’a pas jugé bon de relever des points qui ne lui conviennent pas. Vu que ce qui a été convenu est bien étudié en fonction de l’intérêt des enfants. Certes, la carrière professionnel de mon ex femme remet en cause le contra initial, du coup elle n’assure plus ses devoirs envers nos petits. Ce phénomène engendre des conséquences tant pour moi que pour elle.

Les vécus de mon procédure de divorce

Puisque mon ex- femme est plutôt chevronnée et moi assez cultivé et précis (je ne me vante pas), on s’est dit que divorcer est une chose qui pourrait se faire intelligemment. Il a fallu un seul avocat pour nous conseiller sur tout. Sur ce site, nous avons décidé d’adopter le divorce à l’amiable.

Avant tout, je tiens à signaler que chacun de nous ont commis une faute pour le moins réparable. Car on a eu l’imprudence de se marier précipitamment alors qu’on savait dès le début que çà ne fonctionnerai pas.

Du moment où on a engagé un avocat, on avait chois celui qui assurera de régler l’affaire. Il n’a pas fallu en trouver un qui est très célèbre. Avec ce qu’on avait pour traiter l’affaire, il se suffisait à son travail et nous deux faisions en sorte que le travail soit réalisé avec plus de coopération. Du coup ses honoraires n’ont pas pu s’élever autant. Ceci est faisable quand celui-ci travail par heure. On a fait en sorte de ne l’engager que sur des termes difficiles à accomplir et cela minimisait notre dépense.

Sur les dossiers à fournir, nous nous étions renseignés d’avantage et avions préparé tout ce qui est nécessaire, cela ne signifie pas que tout a été prêt !

Sur l’élaboration de la convention, tous les trois ont mis un mal nécessaire pour faire tout le compte, et dès que notre conseillé nous a indiqué tout ce qui nous reste à faire, chacun des deux se démènent pour atteindre son objectif.

Il se trouve que pour les biens, on s’est arrangé pour qu’elle achète sa part et elle a tout gardé pour ensuite vendre quelques uns après. Puis pour notre compte bancaire, on a décidé de le vider pour pouvoir t partager le contenant. Cela pour accélérer tout.

Pour la garde des enfants, je lui ai donné la garde totale vue que je ne m’estime pas être capable pour asseoir une bonne éducation. En plus je me suis remarié plus vite et ça me convenait amplement. Mais il n’empêche que je les rends visite ou inversement.

La remise en cause

C’était parfait sauf  que çà ne l’est pas jusqu’à ce que la carrière de mon ex-femme prend le dessus. En fait, elle a obtenu une promotion du coup l’organisation de la vie après le mariage est remise à l’épreuve. Je vous ai dit au début que c’est elle qui a la garde des enfants, et en plus ça leur plait. Cette promotion a permis à la mère de mes petits d’effectuer des missions que cela contraint son engagement sur eux.

En fait à présent elle part même pour une mission humanitaire de 10 mois, et ma fille en pleine crise d’adolescence en paye le prix. Sans oublier notre fils qui est encore dans le besoin affectif. C’est aujourd’hui que je me rends compte qu’il fallait discuter le fons de ce critère or je vous rappelle que la convention une fois que le divorce soit proclamé est incontournable. Je voudrais bien revenir sur cette décision. Ce pour apporter des éléments pouvant modifier les conditions mais mes enfants ne voudront plus de moi à leur côté surtout avec une belle mère plutôt agaçante comme ma présente femme.

En gros, je voudrais ajouter que le divorce par consentement mutuel même par agissement réfléchi pourrait avoir ses mauvaises facettes car on ne peut pas revenir ne serait-ce que sur un terme infime.